Les enfants migrants

octobre 2017

Les enfants migrants

octobre 2017

En octobre 2017, je commence un travail au long cours sur les mineurs isolés étrangers à Paris. Quel quotidien pour ces jeunes gens, qui, pour la plupart d’entre eux, après un parcours migratoire extrêmement dur – marqué par l’angoisse, la violence et la mort sur les routes de l’Afrique et les rivages ou les eaux de la Méditerranée – se retrouvent dans un imbroglio administratif en attendant d’être reconnus mineurs.  

En 2017, 15 000 enfants migrants sont arrivés en France contre 8 000 en 2016. Ce doublement en un an s’accompagne d’une méfiance généralisée à l’égard de ces adolescents, mineurs généralement mais suspectés d’être majeurs. Entre les réglementations obscures, les frontières cadenassées, les autorités administratives – État et départements dans notre pays – ces jeunes sont souvent livrés à eux-mêmes, parfois même disparaissent. Face aux maquis administratifs et à la désinvolture des États, les mineurs non accompagnés peuvent d’abord compter sur la solidarité de bénévoles toujours efficaces, modestes et tenaces. 

En commande pour la Chronique d’ Amnesty International  

. 

Autres reportages

Ukraine, adolescence en zone grise

Ukraine, adolescence en zone grise

Shastya signifie « Bonheur » en Ukrainien, un nom en forme de pied de nez pour une zone particulièrement tourmentée ; située à seulement 3km au nord de la République populaire auto-proclamée de...

Moldavie, le paradis perdu des Tziganes

Moldavie, le paradis perdu des Tziganes

Du temps des Soviets, la Moldavie était une terre prospère pour les Tziganes. Quoique sédentarisés de force, ils y bénéficiaient d’une forme de liberté d’expression artistique et certains d’entre...