Kenya, le camp de Kakuma

septembre 2019

Kenya, le camp de Kakuma

septembre 2019

Au Kenya, dans le Turkana, le camp de Kakuma a été crée en 1992 pour accueillir les Soudanais fuyant la guerre. Kakuma accueille aujourd‘hui surtout des Somaliens, des Congolais, des Ethiopiens, des Rwandais, des Sud-Soudanais… En tout, 191 500 réfugiés de vingt-deux nationalités, chassés de la poudrière des Grands Lacs et de la Corne de l‘Afrique, répartis sur quatre sites administrés par le HCR et le RAS Kenyan (Refugee Affairs Secretariat). Une organisation sophistiquée et singulière dans laquelle certains d’entre eux ont déjà passé toute une vie. Une vie à attendre une issue mais certainement pas à se tourner les pouces dans la dépendance du système humanitaire. Car, bien au delà de la dynamique économique impressionnante – 2 500 business gérés par des réfugiés ont éclos dans ce cadre informel et confiné, générant plus de 56 millions de dollars par an ; c‘est bien toute la créativité et la connexion au monde qui dominent ici.

Amina Rwimo, jeune réalisatrice réfugiée congolaise, en est l’exemple même. En 2009, elle arrive à Kakuma, après avoir fui ses ravisseurs, laissant derrière elle sa famille assassinée. Elle est alors seule et mineure. Pour survivre à ce drame, Amina enchaine de nombreuses formations dont une formation en audiovisuelle, en 2016, chez FilmAid. Sa vocation est confirmée. A présent, la jeune femme cumule les récompenses pour ses films notamment une dernière au prestigieux “Zanzibar International Film Festival”. 

En commande pour ELLE magazine

 

Autres reportages

Ukraine, adolescence en zone grise

Ukraine, adolescence en zone grise

Shastya signifie « Bonheur » en Ukrainien, un nom en forme de pied de nez pour une zone particulièrement tourmentée ; située à seulement 3km au nord de la République populaire auto-proclamée de...

Moldavie, le paradis perdu des Tziganes

Moldavie, le paradis perdu des Tziganes

Du temps des Soviets, la Moldavie était une terre prospère pour les Tziganes. Quoique sédentarisés de force, ils y bénéficiaient d’une forme de liberté d’expression artistique et certains d’entre...